Alignement désastreux des astres

La demeure de mon esprit s’écroule par la force d’une constellation d’inquiétudes. Un cauchemar me traque, une mauvaise nouvelle me travaille, un voyage s’éternise dans ma tête, un miroir me suit et un livre m’échappe. C’est l’angoisse.

Continuer la lecture « Alignement désastreux des astres »

Publicités

Game Over

Nouvelle semaine, nouvelle variation stylistique. Je m’aventure sur la critique de film, avec une constatation : quand on écrit un personnage comme dans un jeu vidéo, ça donne très souvent un mauvais héros de cinéma.

Continuer la lecture « Game Over »

L’imparfait de l’injonctif

Quinze jours, c’est à la fois énorme et rien du tout ; à peine le temps de s’asseoir sur un caillou et de réfléchir. J’espère que les gens arriveront à se poser pour cogiter durant cet entre-deux-tours infernal, mais si j’en juge par la quantité de personnes qui se comportent comme des poulets sans têtes depuis dimanche dernier, c’est mal parti. Après le service obligatoire la semaine dernière, j’ai fait une poussée d’urticaire en lisant les contorsions cervicales des futurs abstentionnistes de deuxième tour cherchant à expliquer leur position. Pierre-Emmanuel Barré leur a pourtant donné l’exemple dans sa chronique censurée : je ne veux pas voter pour untel parce que je ne suis pas d’accord avec son programme, point. C’est succinct (et dans le cas de Barré, habillé de manière brutale et drôle) et ça suffirait amplement à expliquer une abstention ou un vote blanc. Hélas, il y a des gens qui ne peuvent pas se contenter de faire simple et qui redoublent d’arguments foireux pour essayer de justifier leur décision de manière logique, stratégique ou philosophique. Ça ne marche pas du tout, ça m’énerve prodigieusement et je me suis fait les dents sur un petit florilège de phrases piochées ça et dans Le Monde.

Continuer la lecture « L’imparfait de l’injonctif »

Down the road I go (trying not to turn into a popsicle even though I have a portable heater strapped to my back)

Behind this quite lengthy title hides a growing feeling of despair : it’s only October and already I fear of losing my fingers on the way to the Uni. And to think that a lecturer had the nerve of telling us that England is a nice warm place thanks to the Gulf Stream… I swear … Continuer la lecture Down the road I go (trying not to turn into a popsicle even though I have a portable heater strapped to my back)