Liberté, j’écris…

Ce petit article à vocation (presque) philosophique s’est écrit tout seul sous mes yeux ébahis après qu’on m’ait gentiment proposé de témoigner sur mon départ de Facebook. D’habitude, ça me prend bien six heures, sept brouillons et une théière remplie à ras bord. Je pense que ce n’est pas anodin : ce texte est probablement la réponse que j’attendais à une question que je ne m’étais pas encore posée. Jamais je ne prends autant plaisir à écrire que lorsque le sujet est justement l’écriture. Et jamais surprise n’est plus agréable que lorsque ce sujet fait soudain irruption dans un questionnement a priori complètement étranger et que je promenais jusque-là laborieusement d’articules en bafouilles, comme un grand vent d’ouest dispersant les dernières giboulées de mars.

On m’a proposé de témoigner sur ce fameux sujet des gens qui décident de quitter Facebook, or il y a déjà des quintillions d’articles sur le sujet et je viens à peine d’écrire un truc pas inoubliable qui en parle un petit peu. C’est au cœur de l’actualité, certains diront en raison d’un scandale mais il s’agit plutôt d’une vaste prise de conscience collective. Alors l’intérêt pour moi était de faire autre chose que la quintillio-unième redite qui vous serait tombée des mains au bout du deuxième paragraphe.

Je ne suis pas veilleur ou rédacteur Web. Je ne fais pas dans le panorama documenté. Ce n’est pas trop mon processus d’aller moissonner le cyberespace et de recracher une pluie de liens articulés par quelques phrases passe-partout dans un nombre optimisé de paragraphes sur lesquels j’aurais épinglé une brassée de mots-clés stratégiques pour projeter le tout en vitesse-lumière sur un nombre absurde de plateformes aux noms improbables. Je suis plutôt ni like, ni retweet. Je cultive la discrétion (certains diront l’obscurité) dans ma production numérique.

J’ai fait ce que le blog permet le mieux de faire. Je me suis mis à écrire.

Continuer la lecture « Liberté, j’écris… »

Publicités

Typoème

J’ai mis des capitales aux accents dramatiques, Des guillemets pointus, serre-mots chevronnés, Une brassée de signes pour marquer la rythmique Et de beaux caractères aux jambes élancées. J’ai aligné les glyphes, astérisques et cédilles, Soigné les ligatures, les pleins et les déliés, J’ai défait et refait à mes risques et périls, Poussé, poli, rangé, fourbi, … Continuer la lecture Typoème

Méta-exam

J’ai écrit le texte ci-dessous durant un examen qui portait sur les usages des techniques et notamment d’internet. La majeure partie était consacrée à une dissertation sur ce postulat d’Edgerton :

Le déterminisme technique est la thèse selon laquelle une société est déterminée par les techniques en usage. Elle est néanmoins absurde dans la mesure où elle suppose que l’innovation détermine le changement social.

Petite particularité : la dissertation était précédée d’un exercice de statistique sur une enquête Insee décrivant les usages TV/internet de la population française. Or lorsqu’on chauffe pendant une heure sur les statistiques avant de basculer sur la sociologie, ça laisse des traces… Le résultat, un texte très « méta », que je me suis beaucoup amusé à écrire et dans lequel le sujet est devenu l’examen lui-même.

Continuer la lecture « Méta-exam »