L’apparition

On célébrait Georges Perec aujourd’hui sur Twitter avec un #JourSansE. J’ai vu passer de très chouettes trouvailles. Évidemment, j’ai été inspiré mais sans avoir pu résister à une petite pirouette anticonformiste :

Vous l’aurez compris, alors que le principe était de tourner autour du E, j’ai préféré mettre les deux pieds dedans.

Malgré le passage à 280 caractères, Twitter reste un peu étroit pour vraiment s’amuser. Alors voici une version un peu plus longue, juste pour le plaisir :

Perec ? Belle référence, certes. Le terme clé #JourSansE en célèbre les experts. Excellent prétexte ! L’effervescence me prend : j’espère en être ! Je me jette : je mène de ferventes recherches, je m’exerce, je tente de créer des perles… et… c’est l’échec. Bezef ! Le désert et le fjeld. Je me sens benêt, j’en perds mes nerfs. Ce texte est censé enterrer le E ? Vexé, je rejette le décret et renverse cette règle : je préfère célébrer le E et ses enchevêtrements…

N’empêche, hé, les mecs… le legs de Perec est éternel !

(Les titres de ce billet auxquels vous avez échappé : Les E dans les E ; T’as d’beaux E, tu sais… ; Jamais E sans trois ; Tête de E ; Etc.)

Publicités

3 réflexions sur “L’apparition”

  1. Arthur, Arthur, Arthur… Comment te dire. Tu m’épates, tu m’impressionnes, que dis-je, tu m’éblouis chaque fois encore davantage par tes traits d’esprit et ton humour désopilant.
    Tu l’auras compris, pour moi pas d’effort aujourd’hui, des E en veux-tu en voilà et les autres voyelles aussi, pas de discrimination, les voyelles naissent libres et égales en droit. Ton tweet en revanche était un vrai morceau de bravoure, et le texte ci-dessus un joyau, Pérec aurait été fier de toi. Notons d’ailleurs que pour quelqu’un qui a aboli le E, son nom en compte deux, et pas d’autre voyelle… Faut-il y voir là un traumatisme tel qu’il a décidé de s’en laver les mains dans un ouvrage ?
    Pour en revenir à ton article, j’ai beaucoup aimé ton titre, que bien sûr je n’ai saisi qu’après avoir passé le mot « Pérec » dans ton texte. J’avoue que « t’as d’beaux E tu sais » m’a vraiment fait rire, mais finalement ça aurait gâché tout ton effet de suspense…
    En tout cas je te remercie pour cette petite escapade loin de mes CV et lettres de motivation, et t’encourage à continuer d’écrire, car tu as un véritable don. Pour ma part, je m’en vais relire ce cher Pérec, car maintenant ça me démange.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s