Le pinceau et la trompette

4 réflexions sur “Le pinceau et la trompette”

  1. Merci, je ne connaissais pas cette magnifique version de Chet. Effectivement, le traitement opéré par Chet sur ce standard est le même que Miles effectue sur my man’s gone now : impro sur un long groove binaire hypnotique tendu avec un tapis harmonique minimaliste, puis bref passage « libérateur » swing citant l’essence mélodique du thème. Tu as des précisions sur les dates ? – je soupçonne Miles d’avoir pompé l’idée …, non ?

    1. Chet a joué cette version de Love for Sale au moins dès 1979 (Live at Onkel Pö’s Carnegie Hall), Miles traversait alors une période de 5 ans sans aucune activité musicale. Il n’a recommencé à jouer qu’en 1980, We Want Miles provient de sessions enregistrées en juin 1981. Donc ton hypothèse est tout à fait plausible !

  2. Ravie one more time de ton billet hebdomadaire ! J’ai la chance d’avoir vu les tableaux.
    Connais-tu feu Daniel Arasse, historien d’art et ses émissions sur France Culture ?
    Je vais retenir le nom de Jean Dhombres et continuer de fredonner Love For Sale version Gainsbourg.
    M.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s