Passage en vitesse-lumière

Je pose un regard neuf sur le monde. Ce n’est pas de sa faute ; je me suis fait opérer des yeux.

J’aime bien cette blague et je sais que je vais la ressortir au fil des ans, petite fierté d’humoriste amateur qui sait qu’il en tient une bonne malgré l’absence de réaction du public. Évidemment je vais la décliner (« Je pose un regard neuf sur le Président… » « Je pose un regard neuf sur les marrons »). Vous aurez noté le champ lexical de la dinde, après tout c’est bientôt Noël. Mais ce n’est pas qu’une blague : le changement me travaille, plus mentalement que visuellement. Et la blague, une fois écrite, appelle à la réflexion.

Pendant que je récupérais, dans le noir et avec les yeux comme des pamplemousses, je me suis dit que j’avais bien de la chance (j’ai un grand-père qui n’y voit plus grand-chose) et qu’il faudrait que je fasse quelque chose de constructif avec ce regard tout neuf.

Ça commence doucement, et c’est évidemment lié à la lecture.

Un bibliothécaire de la médiathèque Valentin Haüy (association qui travaille avec les malvoyants) est intervenu dans mon master sur l’accessibilité du livre. Forcément, le lien entre voir et savoir m’est resté en tête pendant plusieurs jours. Je me suis remis à lire des livres, pas que des essais mais aussi des romans. J’en ai fini avec Eddy Bellegueule, dévoré Une gourmandise et creusé La terre des Wilson. Il faut dire que cette année, mes études m’ont replongé la tête la première dans le livre. À force d’étudier son écosystème, je me suis rappelé que j’en fais toujours partie.

Mais il n’y a pas qu’en matière de livres que j’ai rouvert les yeux. Après avoir suivi discrètement pendant des mois les publications pleines d’idées nouvelles de certains de mes amis sur le net, je me suis décidé à remonter moi-même jusqu’aux sources. C’est bien de lire chaque semaine en boucle Le Monde, Gamekult et Le Canard Enchaîné, mais il faut élargir ses horizons. Il faut aller chercher la connaissance plus loin, crever la bulle informationnelle, varier les médias, regarder ailleurs et partout.

Et puisqu’on parle d’information et de médias : auparavant, je voyais Facebook comme un outil nécessaire pour ne pas rater des invitations, rester en contact et trouver l’inspiration dans les intérêts affichés des uns et des autres. Effet secondaire de mes cours, je vois Facebook très différemment aujourd’hui. Les ficelles deviennent plus apparentes, si vous voulez. Quoique comme disait Desproges, peut-on parler de ficelles quand il s’agit d’énormes cordages ? Voire, tant on se paye notre tête, de cordes à nœuds ?

Donc, parmi les bonnes résolutions pour 2017 : fini Facebook, cette tentative glauque de projet de société total. Je ne veux plus de cet intermédiaire sournois qui se mêle de mon droit de vote (voir figure 1) et me demande crânement si je suis conscient qu’il a l’ambition démesurée de changer le monde (voir figure 2). Les pratiques façonnent la technique, notamment quand on lui dit d’aller se faire voir. Au 31 décembre, je supprimerai mon compte ; je n’ai jamais été très investi sur ce réseau-là, et il est beaucoup plus facile de s’en passer que des services de Google. Mais il va tout de même falloir que je réinvestisse certains modes de communication à l’ancienne, sinon je risque de me faire dire « Bah dis donc, tu viens plus aux soirées ? ». Ce serait bête.

fullsizerender
Figure 1 : de quoi je me mêle, Facebook, Inc. (USA) ?
15230564_2182309235327663_313854362951267377_n
Figure 2 : Zuckerberg est en réalité la Cucaracha de Sciences et Vie Junior (« Bientôt… bientôt… »)

Ultime inspiration : le regard aura une place dans mon mémoire de fin d’études. Logique : c’est en parlant de regard que j’ai rouvert le blog sur un ton plus sérieux il y a deux ans. L’année dernière, j’ai rédigé un mémoire tout prudent, tout réduit, un peu à l’étroit dans la limite de 50 pages. Un manque d’audace qui m’a valu cette sentence du professeur, malgré le respect de la consigne : « Je voulais du Star Wars et vous m’avez donné les Lego Star Wars ». Cette année, la consigne c’est 80 pages.

Passage en vitesse-lumière !

Publicités

2 réflexions sur “Passage en vitesse-lumière”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s