Le passage à l’open access : un bond en avant pour les revues scientifiques

Cet article se base sur les écrits de Stefan Busch (BioMed Central) et Gerald Langhanke (ULB Darmstadt, BioMed Central) et publiés sur le BMC Blog le 07/11/2014.

Le mouvement de l’open access gagne des arguments avec une étude menée par Stefan Busch pour BioMed Central, l’un des principaux éditeurs de revues scientifiques en accès libre. De nombreuses revues ont effectué le passage d’un modèle basé sur l’abonnement à un modèle ouvert, ce qui suscite deux questions :

La transition vers l’open access a-t-elle un effet sur les citations et l’Impact Factor, principaux indicateurs de l’influence respective des articles et des revues ?

Peut-il y avoir des conséquences en termes de stratégie éditoriale ?

Les deux réponses sont identiques : oui ! L’analyse menée est simple : elle consiste à relever l’Impact Factor ou facteur d’impact des revues sur plusieurs années, en prenant en compte le volume d’articles publiés et en s’intéressant aussi au nombre de citations. L’étude porte sur des revues établies, c’est-à-dire répondant aux critères suivants : transition effectuée depuis 2011 au plus tard, existence d’un facteur d’impact pendant au moins 2 ans avant cette transition, minimum de 30 articles publiés tous les deux ans. Et les résultats sont pour le moins édifiants.

Les six courbes ci-dessous correspondent chacune à l’évolution du facteur d’impact d’une revue par rapport au facteur moyen dans le domaine auquel elle appartient (génétique, physique, etc.). Toutes ces revues passées en open access ont vu leur rang augmenter dès la transition terminée. Le bond est plus rapide est pour la revue Acta Veterinaria qui a su effectuer le passage en un an seulement. À l’exception de Veterinary Research, revue déjà incontournable dans son domaine, toutes partaient d’un facteur moyen voire inférieur à la moyenne. Le passage à l’open access représente pour elles un bond en avant : gain de qualité en termes de contenu et gain en réputation. Notez que Veterinary Research a su maintenir son statut à travers cette transition.

Stefan Busch et Gerald Langhanke, 2014
Stefan Busch et Gerald Langhanke, 2014

Cette croissance qualitative se double d’une augmentation du volume d’articles (croissance quantitative). Et à ce titre l’exemple du Journal of Biomedical Science (JBS) est riche d’enseignements. Suite au passage à l’open access en 2009 la revue accepte 50% d’articles en plus, probablement dans une démarche prudente de maximiser ses chances d’accroître son facteur d’impact. Or en 2010 celui-ci stagne et déçoit le JBS qui décide de réduire à 25% la croissance de son nombre d’articles. Cette décision finit par porter ses fruits : comme on peut le voir sur la courbe ci-dessous, le facteur d’impact du JBS suit aujourd’hui la tendance observée chez les autres revues.

Stefan Busch et Gerald Langhanke, 2014

Ces observations restent des conjectures sur une situation en plein essor. Cependant la base avec laquelle mener ce type d’analyses augmente de jour en jour car l’open access trouve constamment de nouveaux relais chez les chercheurs et les éditeurs. Une approche ouverte bénéficie de manière visible aux revues qui font le choix d’y adhérer. Surtout, les données présentées ici permettent aux éditeurs de prendre des décisions stratégiques éclairées : faire le choix de l’open access, certes, mais quelle direction prendre lorsqu’un équilibre doit être trouvé entre croissance qualitative et quantitative ? L’open access permet-il de publier plus ou mieux ? Equilibre est ici le mot-clé ; à travers cette étude le temps montre que les deux voies ne sont pas mutuellement exclusives, bien au contraire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s