Un dîner français

Il y a des expressions qui restent gravées à jamais dans la mémoire. Les mots anciens que l’on récolte chez ses grand-parents, les citations que l’on va piocher au creux de nos livres préférés, les barbarismes innocents et monosyllabiques des enfants.

Et puis il y a les moins poétiques, comme « Soupalonion y crouton » ! Ce personnage au nom d’amaryllidacée qui castagne du Romain dans Astérix chez les Ibères est apparu très tôt dans mes lectures de BD mais je n’ai compris que bien après le jeu de mot que son nom renfermait. Périodiquement, je me retrouve occupé à une tâche quelconque quand soudain mon cerveau est pris d’un hoquet mémoriel et je me prends à dire à voix haute « Soupalonion y crouton ! » en roulant bien fort le r. Pourquoi ? Pourquoi ?! Ô rage, ô désespoir, oignon ennemi.

Tout ça pour en venir au fait que moi qui ne cuisine jamais j’ai été sommé de cuisiner un « French dinner » pour mes amis anglais (qui en fait n’ont rien d’anglais puisqu’ils ou elles viennent de Chine, du Pays Basque espagnol et de la Norvège). J’ai été tenté de concocter une spectaculaire et tentante tarte à la tomate (à tes souhaits Toto). Oui mais tout feul, f’est un peu fec, fa attaffe. Alors pour rincer le palais avec autre chose que du vin, on a aussi soupé à l’oignon ! Votre Honneur, je vous fais juge (cliquez sur les photos pour voir le fromage gratiné en HD 1080p) :

Dans la soupe : oignons, ail, bouillon de bœuf, pain beurré gratiné, salépoivrésucréjusdecitronné et du Chablis ! Dans la tartTATATAAA : tomates, moutarde, huile d’olive, herbes, chèvre, œufs, une pincée de magie. Salade, fromage (camembert, chèvre, gruyère, roquefort), vin rouge et vin blanc, n’en jetez plus ! Pas de dessert : les responsables du gâteau ont oublié de l’acheter…

Je voudrais préciser que si j’affiche ici fièrement ma petite cuisine et les dix mille ingrédients utilisés c’est parce qu’à ma connaissance c’est le premier repas que je prépare quasiment intégralement de rat à zèbre. Quand on est un garçon, fils unique, intellectuel et maladroit, il n’est pas incongru d’attendre prudemment d’entrer dans sa 21e année pour se risquer aux fourneaux ! Le jour où je ferai un soufflé au comté suivi d’une souris d’agneau confite pour terminer sur un gâteau jaune™, ce jour-là j’aurai vraiment tué le père, la mère et la grand-mère d’un coup. Mais pour l’heure, je me suis contenté de savourer ma petite soupe en me disant que je faisais honneur à mes illustres ascendants cuisiniers. Ne mettons pas la laitue avant les œufs.

Publicités

Une réflexion sur “Un dîner français”

  1. Hihi ça m’a l’air bon tout ça, f’est la refette de fa maman ? 😉 bon comme repas français tu aurais pu trouver d’autres exemples mais ça le fait
    Le jour où tu feras ton super menu je veux bien faire testeuse, quitte à mourir empoisonnée 😉
    Enfin bon, entraîne-toi jeune padawan et quand tu reviendras au bercail tu seras fin prêt =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s