Titres en pagaille

La difficulté majeure qu’on rencontre après une longue période d’abstinence rédactionnelle, c’est de réussir un retour fracassant. Imaginez le calvaire de notre pauvre ex-président qui vient de faire son retour en politique en allant soutenir NKM à Paris : FAIL ! Non, je ne ferai pas de Sarkozyte, mon retour à moi sera magistral et évident, comme le final du Sacre du Printemps, comme la première goutte d’eau-de-vie qui rend le distilleur aveugle. Comme un lys au pays des merdouilles !

Oui mais le titre. Aïe aïe aïe. Il faut un titre d’enfer. Un truc démentiel, inimaginable. Drôle et profond, à double et contre-sens ! L’imagination se met à tourner et les titres défilent à toute vitesse sous ma boîte crânienne. La plupart d’entre eux je n’utiliserai jamais. Comme les pages d’un livre jamais entamé, jamais refermé, ils filent au gré de la capricieuse brise mancunienne. Et les idées mortes se ramassent à la pelle…

Ce titre aurait pu être plein de choses. Ça aurait pu être Serenity. Ce sentiment de plénitude tranquille, de douce résignation post-exam, de délice saxophonique (Serenity est un album de Stan Getz). Tiens, un autre : I Can’t Get Started (Getz, encore) que j’ai écouté environ 200 fois depuis le début de l’année et qui résonne avec le problème estudiantin par excellence, la procrastination. Ou encore pêle-mêle : I’m Back, Arthur 2 Le Retour, Acoustic-Night-Man et la soirée maudite, Je suis retombé en enfance et dans mon estime, Trois mariages et une soupe à l’oignon, Batman contre Scrabette…

La scrabette des hauts bas-fonds dans son milieu naturel, le cours de Biologie Moléculaire
La scrabette des hauts bas-fonds dans son milieu naturel, le cours de Biologie Moléculaire. Sur une idée originale de Marine Lemaire

Faisons simple et évitons l’indigestion du lecteur potentiel volage à l’appétit restreint et au grignotage parcimonieux. Contre l’article unique où se croisent dans un tintamarre abstrus des pamphlets interminables contre les gyrations zéphyréennes et des références volontairement obscures aux plus grands ex-cancéreux du XXe, saisissons le tranchoir à propositions fumées et taillons gaiement entre le verbe et le complément (dans le sens des fibres sinon ça abîme la viande) ! Je dis ex-cancéreux parce que Getz et Desproges ont tous les deux choisi de laisser rapidement derrière eux cette période peu lucrative de leur carrière. Divisons, re-divisons, sub-divisons ! Halte aux phrases à rallonges et aux mots compliqués ! Je ne le fais pas de gaieté de cœur. J’aime élever le nombre de virgules au mètre carré de phrase au-delà du (dé)raisonnable, tordre le cou à la grammaire, faire rimer les rythmes et même, j’avoue, j’ai honte, parfois, comme ça, l’air de rien, pour faire un bon mot, entrechoquer les que fut-ce et les quoi qu’est-ce. Voire commencer mes phrases par mais. Mais qui me lira ? Et qui voudra s’infliger le pénible déchiffrage de ces maigres élucubrations à peines dignes de figurer en première partie de la soirée scène du club lecture de Vindieux-les-Deux-Jurons (une charmante bourgade campagnarde typique des riants paysages des rives de la Bordelle) ? Oui, il fallait finir par un point d’interrogation, remontez au début de la phrase. Qui, dans ce XXIe siècle d’instantanéité fesse-buccale (oups elle est limite celle-là) ? Qui dans cette époque que je serai été heureux d’y avoir pas vécu au niveau de l’inculture dont au sujet de laquelle je suis été si consterné ? (rires)

tl;dr Je vais écrire plusieurs articles au lieu d’un seul.

Au programme donc dans les prochaines heures/jours/semaines : Acoustic Night – French Dinner – Semestre 2 – Nœuds papillons – Diverses rigoleries (c’est joli comme mot rigolerie, je crois bien que je l’ai inventé).

Bonsoir.

Publicités

Une réflexion sur “Titres en pagaille”

  1. Après un parfait après-midi Gâteaux Champagne en famille ,quelle joie d’avoir un démaquillage par cette lecture free jazz de ton humeur! Merci pour ces larmes .Your m’y perfect son.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s