WORKEMBER

Workember [wûrkˈɛmbə]
n. 

Avant-dernier mois de l’année, contient 30 journées interminables. De l’anglais work, travail et november, novembre.

J’ai inventé ce mot pour vous donner une description la plus claire et concise possible de mon mois de Novembre. Certains célèbrent Movember en se laissant pousser la moustache pour la bonne cause. Pour ma part, toute croissance pileuse est systématiquement redirigée vers le sommet de mon crâne ; pas de Movember, il me fallait trouver un substitut. Afrovember ? Pourquoi pas, mais la solution s’est imposée toute seule. Malheureusement ! Ce fut Workember, le marathon du boulot, l’avalanche de travail, le ravalement de façade à coup de tests. Imaginez qu’en ouvrant votre armoire normande, votre superbe collection de boules de billard et d’enclumes moyenâgeuses se précipite dans vos bras, suivie par l’armoire elle-même. Bien sûr, vous savez ce qu’il y a dans l’armoire ; simplement, vous n’y pensiez pas et avez ouvert l’armoire machinalement. Ah, Avril au Portugal ! Raté, ça sera Novembre à Manchester. Round about Midnight ? Oui, c’est l’heure où il faut rendre l’essai de Reconnaissance Macromoléculaire. Isn’t She Lovely… la montagne de cours non relus qui grandit de jour en jour !

Heureusement tout ça c’est fini, Décembre est arrivé, l’hiver, le grand manteau blanc, cadeaux, gâteaux, tout ça tout ça. Une pause bienvenue avant la révision effrénée des premiers jours de janvier. Et pour finir en beauté ce premier semestre mancunien, la pièce de théâtre de Slems, des anniversaires, une nouvelle soirée Cheese & Wine et mon challenge personnel, réussir l’Acoustic Night la semaine prochaine. Eh oui, même avec un poste à responsabilités aussi réduites que Music Rep (bilan de mon activité en 3 mois : 1 message Facebook et une apparition en réunion) je suis en passe de commettre une soirée scène ouverte mémorable. En effet, lundi soir prochain (la date est cruciale, j’y reviens dans un instant) nous ouvrons le bar aux musiciens, chanteurs et comédiens en herbe de Slems et d’ailleurs. Au programme : bah j’en sais rien ! C’est la grosse inconnue, l’affluence ou le désert ? Qui viendra voir le show ? Qui montera sur scène ? D’après mon collègue guitariste Félix, « fucking everyone ». On verra. L’astuce c’est que la soirée se tient juste après le repas de Noël, lequel sera généreusement arrosé… Et comme l’a dit Shakespeare, « Un public bourré est à moitié conquis » (je ne sais plus si c’était dans Songe d’une Nuit d’Été ou dans un épisode de Doctor Who). Pour réussir une soirée d’enfer, comme en tout, l’important c’est d’avoir le choix dans la date.

– – –

Prochainement : délicieuse ironie, l’essentiel de mes prochains messages sur mon séjour anglais seront écris depuis… Lyon ! Récits de voyages et de musiques ne s’improvisent pas, surtout si on veut les truffer d’images et de blagues. 2 semaines de vacances en France vont faire du bien à mon envie d’écrire, laquelle a cruellement souffert durant Workember.

1394416_10151800067692483_401432583_n
Un avant-goût d’Édimbourg.

#EDIT#

Rien n’est jamais simple, la preuve : la date vient de changer pour l’Acoustic Night, ce sera le jeudi et plus le lundi. Damned ! Mon plan machiavélique pour laisser passer les fausses notes vient de tomber à l’eau distillée. Vite, une solution alcoolique…

Publicités

Une réflexion sur “WORKEMBER”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s